Rechercher
  • laetitiabosco

Le « Manger local » et les « Circuits courts » : pourquoi et comment ?

De la même façon que le « Manger de saison », on entend partout qu’il faut privilégier le local et les circuits courts. Mais qu’est-ce que ça veut dire ? Et pourquoi ? Je vous explique tout et vous donne les différents sites à consulter pour vous y mettre...


#nutrition #diététique #diététiciennenutritionniste #mangerdesaison #article #blog #nutrition #mangerlocal #agriculture #agriculturepaysanne #locavore #locavorisme #circuitcourt #fruits #légumes #fruitsetlégumes #jevousexplique #pourquoi #comment #passicompliqué #vousalleztoutcomprendre


Le saviez-vous, le « Manger local » s’appelle également le « Locavorisme ».

Mais qu’est-ce que c’est ?


C’est bien beau d’avoir plusieurs dénominations, mais qu’est-ce que c’est en réalité ? Le locavorisme est un « mouvement prônant de ne consommer que des fruits et légumes locaux et de saison, afin de contribuer au développement durable. » (Merci le dictionnaire Larousse 🤓 )


Attention, quand ils disent « ne manger que des fruits et légumes locaux et de saison » cela signifie « en plus du reste de son alimentation », pas « uniquement » !



Ok, j’ai compris, mais dans quel intérêt ?


Comme vous vous en doutez, si le locavorisme est tant à la mode ces dernières années, c’est parce qu’il a de nombreux avantages. Ouvrez donc un peu vos écoutilles... Manger local est synonyme d’aliments frais, d’une grande qualité nutritive et organoleptique (odeur, goût, etc.).


Vous êtes tellement merveilleux que vous avez (forcément 🥰 ) lu mon article sur les fruits et légumes de saison, dans lequel j’explique les répercussions d’une agriculture industrielle sur les fruits et légumes. #jesuistomate 🍅 Mais si, souvenez-vous ! Ou allez le lire ici. Pour les mauvais élèves (bouuuh, lynchez-les !) : les aliments perdent de leur teneur en nutriments dès la cueillette et au fur et à mesure du circuit de distribution. Autrement dit, plus le circuit est court, plus la qualité des aliments est préservée (vitamines, minéraux, saveurs, etc.).


Manger local, c’est aussi encourager les agriculteurs, fermes et entreprises de chez vous et ainsi donc l’économie locale. Puis vous savez d’où viennent vos tomates et quelles petites (ou moins petites) mains les ont cueillies. 👋


Il va sans dire qu‘en circuit court, les prix appliqués sont moins chers. En d’autres termes, tout le monde y gagne : producteurs et consommateurs.


Et comme vous vous en doutez également si vous faites partie de l’élite qui a lu mon article sur les fruits et légumes de saison... Manger local est également un geste écoresponsable. Eh oui ! Puisque vous n’êtes pas sans savoir que le transport des produits importés contribue à l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre. De plus, la production de fruits et légumes de manière industrielle et hors saison demande beaucoup plus d’eau et d’énergies polluantes. De ce fait, nos choix alimentaires ont de véritables impacts sur l’environnement. 🌍


Les départements se mobilisent déjà pour faire avancer les choses dans ce sens. Par exemple, plus de la moitié des collèges des Bouches-du-Rhône servent aux élèves des repas équilibrés et confectionnés à partir de produits locaux et de saison. Une situation qui pourrait bien s’étendre à l’ensemble des restaurants scolaires dans le futur. De plus, ils ont créé la plateforme Agrilocal 13 qui met en relation producteurs locaux et restauration collective.


A la fin de cet article retrouvez la liste des sites internet à consulter pour découvrir tous les marchés, ventes en direct des fermes, magasins de producteurs et livraisons en circuits courts autour de chez vous.

Uniquement des points positifs ? Malheureusement non.


Cela eut été trop beau ! Mais alors, quels sont les inconvénients du circuit court ? Tout d’abord, certes, le circuit court profite aux consommateurs et aux producteurs locaux, mais cela implique une réglementation sanitaire stricte. Les fermes locales doivent ainsi respecter les règles en vigueur, au risque d’être sanctionner.


De plus, ce mode de fonctionnement requiert un supplément de travail pour les agriculteurs car, outre leurs tâches quotidiennes, ils ont la charge d’écouler leurs produits sur le marché local. Ajoutez-y le transport et les tâches administratives comme la comptabilité, la mise en place d’un point de vente, l’aménagement de locaux de stockage ainsi que d’un laboratoire de transformation et de contrôle des produits. Bref, vendre localement requiert d’importants investissements pour le producteur. 💰


Enfin, il y a des détracteurs qui sont contre le « manger local ». Mais pourquoi allez-vous me dire ? Tout simplement parce qu’il peut avoir des répercussions négatives sur certaines productions. Je m’explique... Je vous présente Karine, maraîchère dans la campagne lyonnaise qui vend des pommes à travers la France depuis plusieurs années. L’arrivée du locavorisme va lui permettre de décrocher un contrat avec la mairie de Lyon, mais va lui faire perdre ceux avec Caen ou Amiens qui décideront eux aussi de privilégier leurs agriculteurs locaux. De plus, le coût de cette perte financière ajoutée à celles des investissements réalisés, le prix pour le consommateur risque de se voir augmenter. Dans ce dernier cas, tout le monde serait perdant...


Imaginons aussi que la France décide de fermer ses frontières à l’importation pour ne consommer que du local. Les autres pays risquent alors de boycotter toute importation en provenance de France.


Alors le locavorisme on dit oui, mais jusqu’à quel prix ?



J’ai compris et je suis décidé(e) à essayer ! Mais comment je m’y prends ?


Bon, revenons sur une note plus joyeuse. Il y a quand même plus d’avantages que d’inconvénients à consommer local. Mais maintenant que je vous ai exposé les différents points de vue, et que vous vous êtes fait votre avis, voici quelques conseils pour manger local au quotidien.


Vous l’aurez compris, le but est de consommer des aliments frais qui ont subi le moins de transport possible entre le champ et l’assiette. Pour ce faire, les producteurs proposent à leurs clients de livrer à domicile au travers de marchés en ligne tels que BonjourLeBon, Pourdebon, Poiscaille (pour les produits de la mer), La Ruche qui dit Oui (à Paris uniquement), Potagercity.fr.


Sinon, ils sont nombreux à tenir des étals au marché de votre ville. Pour connaître les lieux et les jours, renseignez-vous sur le site internet de votre mairie. Pour ceux qui souhaitent aller à la rencontre de producteurs locaux, il existe des salons professionnels dédiés. Vous y trouverez, entre autres, les commerçants, les artisans des métiers de bouche, mais également les restaurateurs. Bien évidemment, les agriculteurs, les viticulteurs et les éleveurs ne sont pas en reste. 🍇🐮


Enfin, de leur côté, les enseignes de la grande distribution sont conscientes de la forte demande en produits locaux. C’est pourquoi nombreuses sont celles qui lancent leur propre marque et qui encouragent le développement du circuit court. Il n’est pas rare de trouver des supermarchés qui misent sur le circuit direct producteur (Lidl et Carrefour par exemple*).


* Il est important de noter que pour certaines grandes enseignes, « circuit court » signifie souvent uniquement « Made in France ». 🙄 Restez toujours curieux(ses) des provenances de vos produits !



Et maintenant, LA tant attendue liste :


Allez-y, ne soyez pas timides, screenez, recopiez ou imprimez-la !


Pour trouver des ventes à la ferme, des marchés, des magasins de producteurs et des drives fermiers :

- Bienvenue-a-la-ferme.com

- Drive-fermiers.fr (géré par la chambre d’agriculture)

- Granvillage.com (ventes directes)

- Mangelocal.fr (publie également des articles en rapport avec l’agriculture)

- Manger-local.org (Application mobile collaborative)

- locavor.fr (annuaire des producteurs par département ou commune)

- Adear13.org (Bouches-du-Rhône, existe pour d’autres départements, par exemple adear31.org)

- 13envies.fr (Bouches-du-Rhône)

Pour commander sur internet en circuit court et se faire livrer chez soi :

- BonjourLeBon.fr

- Pourdebon.fr

- Poiscaille.fr (pour les produits de la mer)

- La Ruche qui dit Oui (à Paris uniquement)

- Potagercity.fr (box de fruits et légumes locaux)

- Dugoutdansmonpanier.fr (paniers de fruits et légumes dans les Bouches-du-Rhône)

Pour trouver des magasins qui vendent des produits locaux et/ou en circuits courts :

- O-tera.com (Ile-de-France et Hauts-de-France)

- Magasin-prisedirect.fr (Hauts-de-France)

- Fraisdici.fr

- petitpaysan.fr (Provence)

- magasin-de-producteurs.fr


Pour trouver des produits locaux :

- Bonplanbio.fr (Bretagne et Pays de la Loire)

- Mangeonslocal-en-idf (Ile-de-France)

- Lecircuitcourt.fr (Hauts-de-France)

Pour dénicher des magasins qui vendent en vrac :

- Consovrac.com (Existe aussi sous forme d’application mobile : ConsoVrac)

- Daybyday-shop.com (pour les points de vente Day by Day)


Enfin, retrouvez ici la carte du réseau d’entraide entre consommateurs et producteurs dans les Bouches-du-Rhône, mis en place par ADREAR13 :

http://umap.openstreetmap.fr/fr/map/reseau-dentraide-entre-paysannes-et-consommateurtr_434789#9/43.4120/5.8255


J'espère que ce nouvel article vous a plu ! Dites moi ce que vous pensez du locavorisme en commentaires, je suis curieuse de voir qui est pour ✔et qui est contre ✖ !


Vous pouvez retrouvez également mes autres articles :

* Fruits et légumes : frais, surgelés ou en conserve ?

* Le secret des courses réussies

* Fruits et légumes de saison : les connaître et tout comprendre


À bientôt, Laëtitia Bosco

80 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout